Une assurance se choisit en fonction de risques potentiels à couvrir, de la qualité du contrat et enfin du coût.

LE RISQUE:

Plus un crédit est d’un montant important et d’une durée longue, plus les risques potentiels sont conséquents. En effet, autant nous avons une vision précise de votre avenir et de notre état de santé à court terme, autant il nous est difficile d’avoir les mêmes certitudes lorsque nous devons nous projeter sur des périodes de 15, 20 ou 25 ans. En conséquence, plus les risques sont important et plus vous devez vous attacher aux conditions de votre assurance.
Les différentes garanties

Il existe globalement trois risques qui peuvent être pris en compte par l’assurance :

Le risque lié au Décès,

Le risque lié à l’accident et/ou à la maladie

Le risque lié à l’emploi

LE COÛT:

Le prix des assurances dépend des compagnies et du type de contrat souscrit. Certains établissements calculent leur tarif sur un pourcentage du capital emprunté (contrat de groupe d’une banque), d'autres sur un pourcentage du capital restant dû et d’autres encore, calculeront un tarif spécifique avec une prime d'assurance différente en fonction des risques liés à la courbe des âges.

A ces primes, peuvent venir s'ajouter divers frais (frais de dossier, frais d'adhésion voire des frais de mensualisation).

Difficile, dans ces conditions de comparer et de statuer. Le plus simple est de comparer le coût de total de l'assurance.

Délégation d'assurance ou contrat de groupe ?

Jusque 2010, le choix de l’assurance était limité, les banques et établissements de crédit proposaient systématiquement leur assurance groupe. Basé sur la mutualisation des risques, il proposait un tarif unique pour tous, sans distinction d’âge et sans tenir compte des spécificités de chacun. Dans une multitude de cas, une assurance groupe était plus onéreuse qu’une assurance individuelle.

Depuis 2010, avec la promulgation de plusieurs lois qui ont fait évoluer le code de la consommation, l'emprunteur peut désormais souscrire un contrat (avec un niveau de garantie équivalent à celui proposé par la banque) par délégation auprès d’une assurance de son choix.

Une fois encore, cette option est la plus avantageuse, elle permet de baisser le coût de l’assurance et donc du crédit et de ne couvrir que les risques liés à sa propre situation (âge, profession, fumeur/non-fumeur, santé…)

 

Qui assurer et dans quelle proportion ?

Si vous empruntez seul, vous devrez vous assurer à 100% (au minimum pour la garantie décès) du montant de votre emprunt.

 

Si vous êtes deux emprunteurs, vous devrez choisir qui est couvert et à quel pourcentage. Cette couverture peut être arbitrée par:

 

Les revenus :  en cas de disparité des revenus, favoriser celui des deux qui aurait le plus de difficultés à payer  l’échéance de prêt en assurant plus fortement en pourcentage celui qui dispose des plus gros revenus      (ex : 70% pour l’un et 30% pour l’autre – en cas de sinistre de l’un ou de l’autre, la mensualité de crédit sera prise en charge à hauteur de 70% pour l’un ou 30% pour l’autre).

Ou encore en maximisant la couverture d’assurance avec une assurance complète à 100% sur chaque tête. En cas de sinistre de l’un ou de l’autre, l’échéance de prêt sera prise en charge à 100%.

La sante : En cas de problématiques de santé avec surprimes et/ou exclusions de l’un des emprunteurs, il est possible d’arbitrer la répartition de l’assurance et les risques couverts en fonction.

Le patrimoine:  En fonction du montant et de la durée du crédit, il est judicieux de se poser la question de l’assurance. Il en est de même, lorsque le financement en capital ne représente qu’une petite partie du patrimoine global ou lorsque les revenus sont pérennes et permettent le paiement des échéances.

LA QUALITE

La couverture du risque
Pour conclure un contrat d’assurance, vous devrez remplir un questionnaire de santé. Il permet à l’assurance d'établir votre profil, les risques liés à votre état général de santé, vos antécédents médicaux ou accidents.

Sur la base de cette déclaration (ou d’informations complémentaires), l’assurance va statuer sur votre demande autant sur les risques couverts (exclusions) que sur le coût global de votre assurance (surprimes).

En fonction des compagnies les risques sont appréhendés et quantifiés de façons différentes. La présence ou non de surprimes et d’exclusions peuvent faire augmenter le montant de vos primes et baisser vos garanties.

 

Les délais de carence et franchise

Chaque contrat d'assurance est assorti d'un délai de carence (appelé aussi délai d'attente) et d'une franchise. Ils sont très importants à prendre en compte car durant ces périodes, l’assurance n’intervient pas en numéraires.

Le délai de carence : correspond à la période durant laquelle certains risques ne sont pas couverts. L'assuré cotise mais ne peut pas en bénéficier. Elle débute le jour de la signature du contrat et peut durer entre 6 et 12 mois.

le délai de franchise. Il s'agit d'une nouvelle phase d'attente, durant laquelle l’échéance n’est pas prise en charge par l’assurance. L’assurance tient compte des moyens à la disposition de l’assuré de maintenir ses revenus (prise en charge CPAM, mutuelle, Chômage…). Il commence le jour de la survenance du sinistre et se poursuit entre 3 et 9 mois.